Traduit de « Why Fat Girls Don’t Deserve to Be Loved?” Publié le 28 Mai 2013 par Matt Forney

 

Voici un cool fait pour égayer votre journée : les grosses sont folles. Non, c’est vrai : des scientifiques ont établi un lien entre l’obésité et toutes sortes de désordres mentaux, de l’anxiété jusqu’aux désordres psychiatriques. La raison pour laquelle je dis « Les grosses » et non pas « les personnes obèses » c’est parce que les femmes en général ont de plus haut taux de désordre mentaux que les hommes, c’est donc 25% des américaines à qui il manque donc quelques boulons.

Le mystère de l’acceptation de l’obésité enfin expliqué!

En fait non, d’appeler ça « l’acceptation de l’obésité » induit tellement en erreur que c’est en fait presqu’un mensonge. Un nom plus approprié serait davantage « l’acceptation des femmes obeses ». Les membres de NAAFA sont en majeure partie des femmes et ce sont elles qui sont les auteures de presque tous les blogues porno de « Positivité du corps ». Nommez-moi un défenseur de l’acceptation de l’obésité qui soit un homme? Impossible mais vous pouvez déballer toute une liste de femmes activistes de l’acceptation de l’obésité à n’en plus finir : Kate Harding, Melissa McEwan, Lindy West, Kira Nerusskaya…


La raison pour laquelle aucun homme n’oserait militer pour l’acceptation de l’obésité, c’est parce que personne n’aime un gars faible et chialeux qui se plaint que le monde a besoin « l’accepter », c’est la définition même d’être faible et chialeux. Si un homme devait se plaindre qu’il est gros, la réponse instinctive – autant des hommes que des femmes – serait de lui dire d’arrêter d’être une femelette et d’aller au gym. Cependant, si une femme se plaint d’être oppressée par les normes de beauté du vilain patriarcat, elle est immédiatement entourée de femmes solidaires et l’instinct cavalier de l’homme entre alors en jeu : « Les hommes sont tous des salauds sexistes, tu vaux mieux qu’eux, tiens, v’là un autre morceau de gâteau. »

Enfin bon, je ne suis pas ici pour me plaindre mais pour bâtir un meilleur monde.

Voici quelques démarches qui, si elles étaient pratiquées par assez d’hommes, mettrait fin au fléau de l’obésité en un temps record.

 

  1. Arrêtez de les sauter.

woman-977980_1920On s’est tous tapé une toutoune a un moment donné ou un autre – du genre pour mettre fin à une pénurie ou bien attiré par ses monstrueux
doubles D – et c’est là la chose qui assure la continuité de leur existence. Les filles d’aujourd’hui sont solipsistes et croient qu’hommes et femmes sont la même chose, elles regardent les gars crouser et sauter des spécimens porcins et elles pensent : « Wow, les gars vont sauter des filles peu importe ce qu’elles ont l’air ». Bien que celles-ci ne réalisent pas que bien que la plupart des hommes sauteraient n’importe quoi s’ils ont assez bu, ils sont beaucoup plus sélectifs lorsque vient le temps de s’engager. Les grosses auront peut-être du sexe maladroit d’un gars saoul, au détriment de la probabilité de trouver l’amour ou une relation avec un homme qu’elles respectent.

La vie d’une grosse, c’est effectivement le plaisir à court terme et la douleur à long terme.

Encore là, les filles ne voient pas ceci parce que c’est une douleur qui s’installe au cours des années et bien au-delà de la limite de la portée de l’attention de la jeunesse réduite à 140 caractères. De de fait, la plus facile façon de faire passer le message demeure de cesser de valider les grosses avec votre queue. Si vous avez le choix entre fourrer une grosse vache ou vous masturber, rentrez toujours chez vous vous crosser et faites bien savoir à ce cétacé terrestre que vous la rejetez parce qu’elle est grosse. Non seulement est ce que ça passera le message aux autres lardons qu’elles devront baisser de poids si elles veulent nous plaire mais ça fera grimper notre respect de soi. Abaisser ses standards endommage l’estime et la confiance d’un homme alors en vous retenant de farcir des grosses dindes, il vous est alors plus facile de vous taper des filles que vous trouvez véritablement hot.


  1. N’interagissez pas avec les grosses.

Les femmes, peu importe leur taille désirent une chose plus que tout : de l’attention. Affamez-en ces cachalots. Ne leur parlez pas à moins d’y être contraint et ne reconnaissez pas leur existence. Traitez les comme vous le feriez un prédateur sexuel ou un Nazi en règle. Et ceci comprend aussi votre famille; si vos sœurs, cousines ou tantes veulent être des losers, traitez-les ainsi.

L’UNIQUE exception, ce sont les grosses qui font un effort honnête et tangible pour réduire leur poids. Non seulement encouragez-les mais vous devez rendre très clair que leur perte de poids est la seule raison pour laquelle vous leur parlez encore.

Cependant, l’obésité en croissance constante, éliminer le gras de votre vie est impossible alors dans l’éventualité probable ou vous aurez à parler a une grosse, il faut toujours que vous….

  1. Rappelez aux grosses qu’elles sont de la vermine

C’est la vérité donc pas dur à voir. Gauchistes et féministes œuvrent sous l’illusion que les traits de caractère existent séparément dans un vide. « L’habit ne fait pas le moine ». Mensonge : neuf fois sur dix, laid à l’extérieur est égal à laid à l’intérieur, et les grosses sont les plus laides de tous.

3a. Les grosses sont caves.

Un mensonge populaire avancé par le mouvement d’acceptation des grosses, c’est que les personnes minces sont superficielles ou niaiseuses. C’est en réalité l’opposé : les personnes les plus stupides en Amérique sont aussi les plus obeses. Le groupe racial avec le plus haut taux d’obésité, les noirs, est aussi celui avec le plus bas quotient intellectuel moyen; les asiatiques ont le plus bas taux d’obésité et le plus haut Q.I. Les blancs qui sont obèses sont aussi ceux qui réussissent le moins : les redneck etc… Si vous allez à Wall Street, aux collegetown d’Ithaca, au Chicago Loop ou bien n’importe où ou les gens prospères et intelligents se trouvent et pas de gros en vue à part les touristes.

3b. Les grosses sont déplaisantes.

corsage_3_by_pinky1957-d3dt7xuLes grosses comptent parmi les gens les plus cruels et les plus misérables qu’il vous sera donné de rencontrer. Les débutants au jeu font toujours l’erreur de croire que les grosses seront plus accueillantes que les filles plus hot vu qu’elles sont tellement plus hideuses que les femmes moyennes, les grosses torches devraient être contentes que n’importe quel homme leur parle du tout. Au lieu de ça, ces grosses dindes sont en fait plus méchantes que le sont les filles minces : elles sont plus sarcastiques et plus susceptibles de vomir de la rhétorique féministe et il est plus probable qu’elles soient insultantes généralement parlant.

Comme exemple, prenons le cas de ce blogue Tumblelog (NSFW) au nom charmant de Go Away (décrisse) dont l’auteure est une étudiante collégiale qui s’identifie comme grosse et qui vit à Portland en Oregon. Son blogue est rempli de la rage qu’elle porte contre les « normes de beauté fascistes » mais elle réserve aussi une portion de sa haine pour les gens qui la soutienne. Lorsqu’une fille lui envoie un message pour lui dire qu’elle l’inspire pour lui dire qu’elle a retrouvé son amour de soi, elle les envoie chier parce qu’elle pense qu’elles la traite indirectement de grosse truie. Elle a aussi écrit cette lettre amère aux gars qui aiment les grosses :

Vous devriez probablement sortir “Appréciateur de femmes rondes” de votre bio. C’est cool d’accepter la beauté non conventionnelle mais de fantasmer sur les grosses et d’y penser comme un trait de personnalité dont il devrait être fait mention dans les quelques lignes que vous avez partagé de votre personnalité est définitivement bizarre et est vu comme très obese-phobique et généralement misogyne pour être honnête. Tout comme la marchandisation des membres d’un groupe marginalisé est dégueulasse.

Aussi, malgré son opposition à la « police corporelle », elle est très heureuse de jouer à la « police du contenu » auprès des autres Tumbleloggers qui affichent des photos de jeunes femmes blanche minces. Avez-vous le gout d’être son amie?

3c. Les grosses sont des salopes

Ca ne devrait pas surprendre quiconque doué d’intelligence mais les grosses ont plus de partenaires sexuelles en moyenne que les minces. Le même manque de contrôle de ses impulsions qui emmené une fille à se bourrer la face jusqu’à ce qu’elle ait l’air d’une pâte à pizza l’amènerait aussi à se bourrer la noune de graines jusqu’à ce qu’elles ruissellent d’herpes mais souvenez-vous que juger les gens par leur apparence, c’est mal.

why-fat-girls-dont-deserve-to-be-loved-fr4

3d. Les grosses mères abusent leurs enfants

Sans même prendre en considération le fait que les grosses mères encouragent leurs enfants à être obeses en les assujettissant a de très mauvais régimes – les préparant ainsi a une vie parsemée de problèmes de santé et de rejet social – en fait, ils handicapent leurs enfants avant même leur naissance. Les enfants nés de femmes obeses ou en surpoids ont exponentiellement plus de chances d’avoir des problèmes physiques et mentaux qui ruinent une vie incluant l’autisme.

Et pourtant, les mères obeses ne sont pas exposées au grand jour pour leur abus d’enfants, une industrie entière existe dédiée absoudre les femmes qui engraissent due à une grossesse.

La raison pour laquelle les femmes sont fortement déconseillées de boire pendant la grossesse, c’est parce que l’alcool cause des dommages physiques et mentaux chez l’enfant à naitre, soit le syndrome d’alcool fatal. Pourquoi ne pas traiter les grosses en grossesse de la même manière? Pourquoi les services sociaux, si prompt à réagir pour punir les garçons qui mangent leurs Pop Tarets en forme de gun, ne sont-ils pas en train de défoncer les portes de ces morses pour leur enlever leurs enfants?

De grâce, quelqu’un va-tu penser aux enfants?

Les gens qui disent que le fat shaming ne fonctionne pas me font tourner la tête. Vous êtes-vous déjà demandé comment les chinoises et les coréennes restent si minces? La génétique n’a rien à y voir : c’est parce que si elles grossissent de même 5 livres de trop, leur parents riront d’elles et les traiteront de grosses à leur nez. Une de mes amies m’a dit que lorsqu’elle était jeune, son père avait réussi à faire perdre à sa mère sa grasse post-grossesse en y portant attention constamment, en mentionnant comment elle devenait bacquaisse et grosse. Elle a racontée à mon amie qu’elle est demeurée mince parce qu’elle se sentait humiliée par les blagues de son mari.

A ce jour, elle est mince, en superbe forme pour une femme de son âge alors que les femmes de l’âge de sa fille portent des pantalons dockers a gros culs parce qu’elles n’ont pu s’empêcher de sauter sur les croissants et la Haagen-Dazs.

Je suis un homme porteur d’un rêve : de vivre dans une nation ou la majorité des gens sont minces et en forme, comme ce fut le cas au cours de l’histoire de l’humanité. Avec votre aide, ce jour peut venir à nouveau. Hommes de la terre, unissez-vous! Vous n’avez rien à y perdre sinon votre lunch?

fat1


Comments

comments