La Menace

Traduit de “The Threat” de Rollo Tomassi

Rien n’est à la fois plus menaçant mais aussi attirant pour une femme qu’un homme conscient de sa propre valeur.

femme-cherche-homme-quebecMon utilisation du mot “Menace” n’a ici aucune intention malicieuse. Je suis sûr qu’une association plus simpliste avec de la violence ou un conflit sont celles qui viennent à l’idée, mais une menace, c’est aussi un défi – comment quelqu’un s’y démerde est la question. Voici tel que j’en ai fait état dans the Three Strikes thread :


La stratégie sexuelle de la femme est très schizophrène : les femmes veulent idéalement un homme pour les sauter mais pour évaluer sa valeur marchande sexuelle envers les autres femmes, il doit avoir des options disponibles contre lesquelles elle peut se mesurer ou du moins afficher un comportement mouton pour se prouver. De ce fait, elle a besoin de lui limiter les options tout en déterminant s’il a ces options.

 

Ce conflit interne entre un désir de sécurité et un coussin et un besoin trémoussements vaginaux qui ne sont amenés que par l’excitation, l’indignation, le drama, la stimulation et la dominance d’un Alpha est à la base des Shit test féminins. De Plate Theory VI :

Ebates.ca

Un Shit test est en fait utilisé par les femmes pour déterminer un des, ou une combinaison des facteurs suivants :

a.) Confiance – dores et avant tout
b.) Options – Est-ce que ce gars-là me veut parce que je suis spéciale ou parce que je suis sa seule option?
c.) Sécurité – Est-ce que ce gars-là peut m’offrir une sécurité à long terme?

 

Les shit test féminins sont une stratégie de survie très évoluée et profondément enraciné. Les femmes enverront des shit test aux hommes de la manière la inconsciente et autonome que possible de la même manière qu’un gars regarde automatiquement les grosses boules. C’est plus fort qu’elles et bien souvent, tout comme le regard du gars se dirige vers un décolleté ou un beau cul, et même si elles savent qu’elles le font, elles le font pareil.

 

Les hommes veulent autant vérifier la disponibilité sexuelle au même degré que les femmes veulent vérifier la confiance/dominance masculine.

woman-759688_1920-1

Pour une femme, rencontrer un homme avec une bonne connaissance de sa propre valeur envers les femmes constitue une menace. Voici un gars pour lequel les femmes vont faire compétition de façon apparente ET il le sait. C’est l’ultime affront a l’impérative féminine féminine que d’être débranché, d’avoir une bonne SMV et d’en tirer confiance. De ce fait, pour mettre à jour sa propre stratégie sexuelle, elle fera en sorte qu’il mette sa confiance en lui en doute, parce que si vous êtes un homme et que vous veniez a qu’à utiliser cette information a son bénéfice, il pourrait que vous ne la choisissiez pas parmi les filles potentielles. Elle doit donc se demander : « T’es-tu vraiment sur de toi ? Tu te penses bon? T’est peut–être juste égoïste? Faut pas tenter le sort”

 

Dans cet exemple, on peut voir le conflit inné de la stratégie sexuelle féminine : elle veut la dominance alpha d’un homme sûr de lui mais pas si sûr de lui qu’il peut aller exercer ses options auprès d’autres femmes assez pour qu’elle puisse faire une bonne estimation de sa propre SMV.

rencontre-homme-femme-2

L’ambiguïté de l’évaluation de véritable SMV d’une femme est l’outil primaire de l’impérative féminine.

 

Les mêmes traits qui lui donnent sa confiance en le sens de sa valeur acquise sont exactement les mêmes choses auxquelles les femmes veulent être associées. Même la plus germaine des épouses veut dire à ses amies que l’AFC qu’elle a marié est un « Vrai gars » et même après lui avoir donné de la marde en privé, elle le défendra malgré ça parce que ce n’est rien de moins que la réflexion de sa propre image d’elle-même. Elle veut être avec un gars avec lequel les autres gars veulent être, et que les autres femmes veulent baiser parce que ça confirme pour elle qu’elle est d’une valeur égale ou supérieure pour attirer un gars.


Les femmes ne veulent pas d’un gars qui les trompe, mais elles adorent un gars qui pourrait les tromper.

 

quebec-poupouneC’est là que se trouve à la fois la menace et l’attirance. Les femmes veulent un homme confiant de sa propre valeur, qui est sexy, mais plus il s’aperçoit de ça, et plus l’anxiété devient qu’elle ne sera plus à la hauteur au fur et à mesure qu’il prend conscience de ses options.  Il devient alors nécessaire de développer des dispositifs sociaux normalisés pour les femmes qui limitent la pleine reconnaissance de la valeur de soi masculine. La masculinité est de ce fait ridiculisée, les hommes sont portraits somme les esclaves de leur sexualité et la masculinité est alors mise en doute en vertu d’elle-même. D’une façon globale l’impérative féminine se fie sur la même ambiguïté employée par les femmes pour confondre les hommes qui cherchent à évaluer leur véritable SMV. En employant les conventions sociales, elles le forcent psychologiquement à douter de sa propre SMV et les femmes en deviennent ensuite les régisseurs.

 

 

 

Une course vers la prise de conscience

Comme la viabilité sexuelle des femmes consiste en une période de disponibilité sexuelle plus courte, il est crucial que les hommes soient le moins conscient que possible tant et aussi longtemps que possible de sa SMV plus lente mais de plus en plus croissante, afin qu’elles puissent accomplir la directive primaire de l’hypergamie féminine soit celle d’atteindre les meilleures options génétiques et matérielles qu’elle puisse aller chercher dans cette courte période. Si les hommes venaient à prendre conscience de leur SMV avant qu’une femme n’ait consolidée ses options avant qu’un engagement monogame n’ait lieu, sa stratégie sexuelle en serait alors défaite.


L’erreur (et la réplique binaire) est de croire que ce besoin de tels dispositifs a été concocté comme faisant partie d’une conspiration issue de l’enclave féminine. Ceci prouve en fait une ignorance des concepts sociaux. Pour qu’une contrainte sociale prenne force, il est nécessaire que celle-ci soit répétée SANS conception formelle – ce qui veut dire que nous faisons l’apprentissage de tels dispositifs en les voyant, en se les appropriant et en les répétant sans y repenser. Les meilleurs dispositifs sociaux sont discrets et rarement remis en question parce qu’ils ont été appris sans apprentissage formel. Voilà pourquoi je pense que je n’encourage pas les hommes à se casser la tête à essayer de comprendre les femmes en tant que convention sociale. Ne cherchez pas le gars des vues derrière le rideau mais acceptez les choses telles qu’elles sont, bon spectacle et vous ne vous en porterez que mieux.

Ebates.ca

Voilà la menace que représente le jeu envers l’impérative féminine : des évaluations objectives et partagées de la SMV masculine et comment elle contredit la stratégie sexuelle féminine. La plus grande crainte des femmes c’est qu’elles soient les « sélectionnées » plutôt que les « sélectrices »

Comments

comments